Sapeurs-pompiers : parution d'une étude sur leurs risques sanitaires (amiante, plomb,...)

Nos services 21/10/2019

Sapeurs-pompiers : parution d'une étude sur leurs risques sanitaires (amiante, plomb,...)

L'ANSES vient de publier une étude intitulée "Risques sanitaires liés aux expositions professionnelles des sapeurs pompiers". Le risque "amiante" est particulièrement mis en avant.

L'étude de l'ANSES

L'ANSES, dans ce rapport, "dresse un état des lieux sur la question des risques sanitaires liés aux activités des sapeurs pompiers et fait le point sur les mesures de prévention". 

Différents risques sont pris en compte : de l'agression aux rayonnements ionisants en passant par le bruit et l'amiante.

Le risque amiante et les sapeurs-pompiers

Le rapport de l'ANSES indique qu'une étude américaine de 2012 portant sur 25 feux a montré que les sapeurs-pompiers avaient été exposés en moyenne à 73 fibres d'amiante par litre d'air. Le rédacteur de cette étude indique que "l'exposition cumulée des sapeurs-pompiers est faible, avec des expositions peu fréquentes et brèves, bien que des expositions puissent être ponctuellement fortes lors de certaines interventions".

Le risque d'exposition peut intervenir lors d'extinction d'incendie, mais aussi lors d'opérations de sauvetage-déblaiement.

Le rapport de l'ANSES précise également que "très peu de cas de pathologies liées à l’amiante ont été déclarés imputables à l’activité de sapeurs-pompiers en France, le risque amiante semble donc faible".

L'ANSES conclut en apportant quelques recommandations, dont :

    • Identifier le risque amiante dans les dossiers spécifiques ETARE (établissements dits "sensibles")
    • Considérer que chaque incendie est une intervention exposant potentiellement aux risques CMR, amiante...
    • Inciter à consulter le document technique amiante (DTA) dès que possible.

 

Dernières précisions de l'ANSES : "si l’exposition à l’amiante, lors d’une intervention, est connue, il existe des protocoles de désamiantage des tenues". A noter que "ces protocoles sont mis en place à l’échelle des SDIS, il n’y a pas de protocole national" et bien entendu "il est possible que l’exposition à l’amiante ne soit pas connue".

Pour en savoir plus et bénéficier de notre veille réglementaire, technique et normative, nous consulter.